News TPIR/ SEROMBA - L’ABBE SEROMBA N’AVAIT PAS AUTORITE SUR LES GENDARMES, SELON LA DEFENSE
(Catégorie Misc)
Posté par Yaelle
jeudi 07 octobre 2004 - 16:24:27

http://www.africatime.com/rwanda/nouvelle.asp?no_nouvelle=146754&no_categorie


(Agence Hirondelle 07/10/2004)

Arusha, (FH) ­ La défense de l’abbé Athanase Seromba, premier prêtre catholique à comparaître pour génocide devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a soutenu mercredi que l’accusé n’avait pas d’autorité sur les gendarmes durant le génocide de 1994.

Le témoin protégé « CBS » avait déclaré la veille que l’abbé Seromba avait ordonné aux gendarmes de tirer sur des réfugiés tutsis qui tenteraient de cueillir des bananes dans la propriété de sa paroisse de Nyange (province Kibuye, ouest du Rwanda).

Des milliers de Tutsis y avaient cherché refuge durant le génocide d’avril à juillet 1994 qui a fait, selon Kigali, près d’un million de victimes sur tout le territoire rwandais.

L’avocat de Seromba, Me Alfred Pognon (Bénin), a suggéré à CBS que son client ne pouvait pas donner des ordres aux gendarmes, car ces derniers n’en recevaient que de leurs supérieurs hiérarchiques. « Il était investi de cette autorité », a maintenu le témoin, décrivant l’accusé comme « une personnalité influente qui était respectée ».

Revenant à la charge, Me Pognon a indiqué au témoin que le domaine de la sécurité était du ressort des forces de l’ordre, en collaboration avec l’autorité administrative.

Athanase Seromba est accusé d’avoir ordonné le massacre de deux mille de ses fidèles à la mi-avril 1994. Il aurait ordonné que l’église dans laquelle ils se trouvaient soit détruite à l’aide d’un bulldozer. Il plaide non coupable.

Le témoin a par ailleurs allégué que l’accusé avait refusé la nourriture aux réfugiés avant leur mise à mort. Mercredi, il a affirmé que la paroisse disposait des vivres fournis par l’ONG catholique Caritas.

Me Pognon a cependant relevé plusieurs contradictions entre les déclarations écrites du témoin, recueillies par des enquêteurs du parquet, et sa déposition devant la Cour, doutant de sa crédibilité.

Commencé le 20 septembre dernier, le procès Seromba se déroule devant une chambre présidée par la juge sénégalaise Andrésia Vaz, qui est également vice présidente du TPIR. Elle est assistée par les juges, burkinabé Gustave Kam et suédoise Karin Hökborg.



Cet item a été imprimée depuis le site Apostasynow.org
( http://fr.apostasie.org/news.php?extend.21 )